Le sentier Jean-Marc Boivin

Une grande randonnée au cœur de la nature bourguignonne

Durant notre séjour en Bourgogne, dans la famille de François, nous avons parcourus plus d’une centaine de kilomètre de chemins parmi les plus beaux de Saône-et-Loire et de Côte d’Or. Bien entendu c’est avec nos amis du club de l’Entente Athlétique Le Creusot que nous les avons partager. La découverte du sentier Jean-Marc Boivin que nous avons réalisé dimanche 17 mars 2019 avec Jérémy Gilruiz fut grandiose ! Nous nous doutions pas un instant que la Bourgogne pouvait être si belle.

Le sentier « JMB » est dédié au pionnier des sports extrêmes : Jean-Marc Boivin (1951-1990). Un de ses exploits mondialement connu a été d’être le premier homme à descendre l’Everest en parapente. Il était originaire de Dijon en Côte d’Or, Bourgogne.

Le « JMB » est une échappée belle et sportive dans un univers 100% nature situé entre Nolay, La Rochepot et les vignobles des Maranges. Tout au long de ses 49 kilomètres et 1500m de dénivelé positif, on suit les traces de l’aventurier de l’extrême qui a démarré sa carrière d’alpiniste en grimpant sur les falaises d’escalade de 40m de Cormot !

Le chemin s’étire de monts en monts : du Mont de Sène (521m) au Mont Rome Château (546m) puis Mont de Rème (514m) et des Hautes Côtes de Beaune. Les paysages contrastent entre falaises, forêts, combes et vignes. On visite les sites classés du Cirque du Bout du Monde avec sa grotte et sa superbe cascade, de la Montagne des 3 Croix, de les falaises de Cormot. Le Château de Rochepot est un enchantement et ramène au temps des comtes pour enfants. Il y a une flore singulière de type méditerranéen et une faune protégée (faucon pèlerin, Grand Duc). Nous sommes heureux d’apprendre par un ornithologiste amateur que nous rencontrons, le nom de l’oiseau qu’on confondait avec un roitelet, un troglodyte ! Et quel bonheur d’admirer de si belles anémones pulsatilles.

Nous réaliserons ce beau sentier sportif en 7h07 au départ de Nolay dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Courir 50 km en autonomie totale fut une nouveauté pour Jérémy. Il sortira nettement de sa zone de confort pour aller puiser une énergie incroyable. Par delà l’exploration de cette nature magique, l’exploration ajoutée des limites physiques et mentales, fait toute la beauté de l’aventure. Nul besoin de s’inscrire à une course pour apprendre se connaître ! Bravo Jérémy.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*